Défibrillateur et arrêts cardiaques : 4 minutes pour sauver

Publié le 19 Juillet 2010

e-premiers-secours_reference.jpgActuellement, en France, environ 35.000 défibrillateurs cardiaques externes sont désormais installés.

Un chiffre qui a explosé si on le compare aux 9.000 appareils seulement disponibles en 2005.

 

Ces défibrillateurs, désormais installés dans des lieux stratégiques des villes (poste, mairie, gares, musées, installations sportives, ou entreprises…), permettent à tout un chacun, face à une personne perdant connaissance après une crise cardiaque, de pratiquer un choc électrique capable de réanimer la victime.

 

http://bit.ly/cXrlLn

 

Mise en place d'une initiation du grand public aux défibrillateurs:

 

http://bit.ly/96KrBp

 

 Mise en place d'une initiation du grand public aux défibrillateurs

_____________________________________________________________

   http://www.associationrmcbfm.fr/fr

  

La campagne TV actuelle  revient sur
les 4 minutes importantes
pour sauver
( voir video ) :
/rcp

http://www.associationrmcbfm.fr/fr/m_4minutes/rcphttp://www.associationrmcbfm.fr/fr/m_



Que faut-il savoir des maladies du coeur ?

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/maladies_cardiovasculaires/articles/13157-defibrillateur-cardiaque-sauver-vie-4-minuites.htm

_____________________________________________________________________
C'est en
1956 qu'a lieu la première défibrillation humaine réussie.
Le premier défibrillateur automatique commercial date de
1994.

 

La défibrillation précoce est une des conditions nécessaires à la survie en cas d'arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire (principale cause de mort subite chez l'adulte). Pour que ce geste médical soit effectué le plus tôt possible, des appareils simplifiés utilisables par des non-médecins, appareils procédant automatiquement à un diagnostic grâce à un logiciel d'analyse de tracé électrocardiographique, diagnostiquant eux-mêmes la fibrillation ventriculaire, ont été créés 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9fibrillateur_automatique  

 

Défibrillateur LIFEPAK® CR Plus

 

 

S’il vous est arrivé, un jour, d’être témoin d’un arrêt cardiaque, vous souhaitez certainement être capable d’apporter votre aide.

Mais la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) seule ne suffit pas – la défibrillation est la seule mesure efficace en cas d’arrêt cardiaque.

Medtronic, leader mondial en technique médicale a spécialement développé le LIFEPAK® CRPlus pour les néophytes. Il est conçu pour des sauveteurs ayant peu de formation et de pratique et, en cas d’urgence, lorsque chaque seconde compte, son utilisation est intuitive. Grâce au LIFEPAK® CRPlus, chacun peut participer à Facile. Vivre. Sauver
.

 

http://www.lifepak.de/index.php?id=52&L=2

 

N’importe quel citoyen est désormais habilité à utiliser un défibrillateur pour sauver une vie.

Un décret paru au Journal officiel l’a précisé, répondant aux recommandations de l'Académie nationale de médecine, partisane d'une «grande diffusion des défibrillateurs automatisés» (centres commerciaux, pharmacies, aéroports, gares...). Ces appareils permettent au coeur, dans certains cas, de reprendre un rythme normal grâce à l'envoi de chocs électriques.

50.000 morts subites par an


Le taux de survie chez les victimes d'arrêt cardiaque hors milieu hospitalier est inférieur à 3%, note l’Académie.

Or, un appel immédiat au Samu, des «manoeuvres simples de réanimation à la portée de tous» et une défibrillation «très précoce» devraient permettre de multiplier ce taux par dix, pour le faire passer à plus de 30%, précise-t-elle.

C’est pourquoi elle préconise la formation «du plus grand nombre de personnes aux premiers secours».

Les arrêts cardiaques sont responsables d'environ 50.000 morts subites par an en France, relève cette instance conseillère des pouvoirs publics dans un rapport de février sur la «prise en charge extrahospitalière de l'arrêt cardiocirculatoire».

Attention, «le défibrillateur est à la mort subite ce qu'est l'extincteur pour le feu, il permet d'attendre les secours et non pas de traiter la cause», avertit Jean-Pierre Rifler, chef de service des urgences du Centre hospitalier intercommunal CHI Châtillon - Montbard (Côte d'Or).

«Appeler, masser, défibriller»


Si on est seul, on allume l'appareil, on suit les instructions une fois les électrodes posées et on peut appeler les secours pendant que l'appareil effectue les analyses et décide seul de délivrer le choc, explique l'urgentiste.

Si on est deux, l'un peut alerter les secours (15, 18 ou 112) car «le message est simple “appeler, masser, défibriller”», écrit-il.

En l'absence de défibrillateur, il convient de masser et d'appeler.

Pour en savoir plus : 

http://www.croix-rouge.fr/goto/secours/index.asp

 

 

Rédigé par Ipsus

Publié dans #Dans L'AIR DU TEMPS

Commenter cet article